Les trois coups

thCASL8NQ4
Si j’étais marionnettiste,
Je m’improviserai fleuriste,
Pour t’offrir des bouquets fleuris,
Et apaiser ton âme meurtrie.
Je te tisserai une robe de soie,
Avec mon  métier usé en bois.
Je poserai sur tes tresses,
Un bleuet avec délicatesse.
Je chanterai ma vieille rengaine,
Pour toi mon unique reine.
Je gommerai d’un trait,
Tes idées noires sans attrait.
J’accrocherai à mon castelet,
Une toile aux couleurs bariolées.
Le passé est une bougie  allumée,
Qui ronge ton âme enflammée.
Pour noyer tes erreurs d’hier,
Dans la mer des larmes… amère.
Je déclencherai un tonnerre,
D’applaudissements du parterre.
Je t’inscrirai pour la postérité,
Au répertoire des œuvres primées.
Charef
Publicités

4 réflexions au sujet de « Les trois coups »

Les commentaires sont fermés.