Céphalée

Cephalee-maux-de-tete

La tête prise dans l’étau de mes deux mains
Je lime les pointes dressées de mon destin
Sur les lignes opaques du parchemin
Epave en dérive au but incertain
Qui percute ce crane sorti du néant
Qui se pose mille et une questions
Je n’ai nul besoin de vos prophéties
Je ne m’érigerai jamais en messie
La tête est faite pour la réflexion
Ce n’est pas une arme de destruction
Je serai celui qui fertilisera la pensée
Pour scanner les esprits surannés
Je serai celui qui criera son déni
A la face de tous les pouvoirs pourris
Je serai un homme rebelle et révolté
Pour la liberté l’égalité et la fraternité
Je serai celui qui épousera l’écriture
Pour n’aimer sa beauté qu’en caricature
Je serai celui qui ébloui par l’amour
N’attendra rien au détour de son parcours
Charef

Publicités

5 réflexions au sujet de « Céphalée »

  1. Je m’aperçois que j’étais déjà venue lire ce poème et n’avais pas déposé de commentaire sans doute l’avais je mal interprété.
    Il y a de révolte dans ta poésie.
    La tête est faite pour la réflexion dis tu…
    et tu écris cela le 21 janvier
    Pour la liberté l’égalité et la fraternité
    Je serai celui qui épousera l’écriture:
    qu’en caricature… Tu es Charlie !
    Pourquoi n’écris tu pas d’avantage de poésie, où bien de texte?
    Tu es un philosophe n’est ce pas?
    Pas toujours facile pour moi de comprendre la philosophie. Parmi mes amis de blog j’ai un philosophe… pour faire court je t’assure qu’il n’as pas souvent de commentaires de ma part il est d’un compliquer !!! (rire)
    Je te souhaite une belle fin de dimanche. Amitié. Roberte

  2. Bonjour Roberte. Philosophe? Non. Mais on l’est tous quand on est sous l’emprise d’un événement. Selon l’humeur et la situation du moment j’essaye de m’exprimer avec ma sensibilité. Mon frère me dit toujours aprés la lecture de mes textes: « il n’y a que toi qui peut les comprendre ». Amitiés.
    Charef

  3. Bonsoir Charef
    Ton frère se trompe..moi je les comprends tes texte où plutôt ta poésie.
    juste pour te faire sourire… parfois je dois te relire deux fois pour que je puisse écrire mon ressenti.
    Amitiés. Roberte

Les commentaires sont fermés.