La traite

satyr-faun

1 –  Hé ! Que fais-tu là ?

2 –  Qui t’a crevé les yeux pour ne rien voir ?

1 – Et toi qui t’as appris à déféquer par la bouche ?

2 – Le coup du sort te met à l’abri de ma colère.

   Mon corps se tord et mes mains s’agitent.

  Mes doigts fébriles caressent les tétons…

1 –  De ta sœur emmurée et sans défense

2 – Non ! Les tétons, les pis de la vache,

    Epiée par le loup qui prépare son tourne broche

   Il lime son dentier usé

1 –  Je ne vois ni vache, ni loup.

2 – Ouvre le royaume de ton imagination

     et laisse ton esprit se nourrir des belles images

    que t’offre la vie.

   Use du « si » magique  et booste tes méninges

   nous sommes des acteurs.

   La traite a été bonne et le lait abandon.

1 –  Tu sèmes l’air au vent.

2 – Trêve de plaisanterie. Je m’avoue vaincu face à ton géni.

     Je jette l’éponge. Je te cède ma place.

1 –  Sérieux ! Tu veux que je joue le rôle de la vache !

2 – Non ! De la chèvre. Tu ne vois pas que c’est une chèvre.

1 – D’accord ! Je me mets à genoux et je lève la jambe droite.

    Tu peux commencer à traire.

2 – Tfou ! (il lui crache dessus)

     Effronté, mal élevé, range ton pis de vieux bouc puant. 

Fin

Charef

 

 

Publicités

3 réflexions au sujet de « La traite »

  1. Ceci. st une série de tableaux d’une pièce de théâtre en arabe dialectal que j’adapte en langue française. C’est très symbolique. Ça traite du pouvoir et du partage du gâteaux juste après l’indépendance de l’Algérie. Tous les coups étaient permis. C’est très politique. Je vais ajouter une introduction pour que ce soit plus clair. Ça date de 1975, année ou j’avais crée un théâtre laboratoire à Mostaganem. Une nouvelle forme d’expression que j’ai abandonné pour m’investir dans d’autres fonctions. Le théâtre ne faisait pas vivre son homme à cette époque.J’étais beaucoup influencé à cette période par Boris Vian et le théâtre de l’absurde.
    Boussa Gys

Les commentaires sont fermés.