Minuit

fee-bl

Lune insolite auréolée qui scintille

Accule l’ombre dans ses moindres recoins

La nuit timide s’abrite sous les brindilles

Feuilletées de l’arbre qu’elle prend à témoin

 

L’ombre soumise se couche au pied

 Du soleil levant prêt à s’incliner

Sur les bourgeons des  cœurs brisés

Sculptés sur l’écorce du tronc ridé

 

Les cris des mouettes annoncent le retour

Des pécheurs qui s’éloignent du grand large

Ombres qui s’affairent à contre jour

Des embarcations qui s’approchent du rivage

 

Le silence est plus éloquent

Que la parole qui fuse sans raison

Bénie soit la séparation

Qui ravive dans les cœurs la passion

 

Charef

 

Publicités

3 réflexions au sujet de « Minuit »

    1. Ouf je me sent mieux Gys. Ton double a su réagir spontanément à ta douleur. Vieux poème qui réveille de vieux réflexes. Rires.Boussa.
      .

Les commentaires sont fermés.