Elle était sculpturale

fb_img_1479588290799
Elle était belle mon Aphrodite
J’avais ses bras autour du cou
Je sentais son corps souple et chaud
Et le creux de la cambrure de ses reins
Quand J’avais commencé à la coucher
Je me suis allongé prés d’elle
Mes doigts dans leur lente ascension
Le long de ses jambes élancées
Tremblaient au contact de sa peau
Sa douceur n’avait d’égale
Que celle du fruit crée par Dieu
Je n’étais plus un être qui pense
Je n’étais plus un homme sensé
Je n’étais qu’un phallus géant
Un phallus juste pour murmurer,
Bon pour embrasser et pour jouir
Ceux qui aiment et qui communient
Avec et dans la femme en soi
Avec la même foi que d’autre en Dieu
Tais toi et laisses moi t’adorer,
Laisse moi t’embrasser, m’enivrer,
Dis-moi ce que tu veux qu’importe
Dis-moi de me tuer, de mordre,
Pour toi je donnerai mon corps
Mon plaisir était virtuel
Ma possession était charnelle
Prisonnier de mon amour intérieur
J’électrolysais mes sens,
Je galvanisais mon cœur
Elle avait les seins lourds et gonflés
Voluptueux son ventre palpitait,
Sa respiration chaude et rapide
M’entrainait dans sa zone de turbulence
Dans l’état d’excitation ou j’étais
Le seul attouchement des sexes aurait tout brisé
La seule chose que je pouvais faire à cet instant
C’est de la calmer lentement, tendrement
Tout en lui conservant son potentiel intime
J’ai mordillé son cou avec passion
Elle a levé vers moi ses beaux yeux de biche
Apeurés et embués de perles magnifiques
Sa délicieuse bouche ne savait
Si elle devait rire ou pleurer
Envoyé le :  18/11/2008 19:57
Charef
Publicités

8 réflexions au sujet de « Elle était sculpturale »

Les commentaires sont fermés.