Naufrage

fb_img_1479991665022

Elle marchait seule, avec son âme  sœur qui accompagnait ses nuits sans sommeille. Elle n’avait de cesse de rechercher  des pistes qui ne menaient nulle part. Elle suivait les traces de l’orang-outan qui avait laissé derrière lui l’empreinte de ses grands pieds gigantesques sur le rivage de cette magnifique plage qui avait témoigné des effluves passionnés de milliers d’estivants . Cette même plage qui faisait le bonheur des hommes des cavernes il y a des millions d’années et qui s’était déplacée du grand sud désertique vers ce rivage plus clément. Elle n’avait de cesse de scruter  avec ses yeux larmoyants le moindre indice sur les galets qu’elle collectionnait en guise de fossiles  qui pouvaient la conforter dans l’idée que son rêve n’était pas chimérique mais bien réel  . Elle était tout de blanc habillée. Sa robe était portée comme un deuil oriental , prémices de l’agonie de la vision de l’homme qu’elle n’avait jamais embrassé ou serré dans ses bras qu’au travers des messages sur le net. 

fb_img_1479991458214

  • Ce soir, la mer est si jolie ! La lune se mire sur l’eau salée lui donnant de jolis reflets argentés. Il est tard et mon cœur part à la dérive en observant les vagues s’enrouler et rejoindre l’autre rive.

Es-tu, toi aussi, au bord de la mer, de l’autre côté de cette immensité qui nous sépare l’un de l’autre ? As-tu une pensée à moi, mon âme est si tourmentée ? Peux-tu imaginer, qu’en ce moment, je vogue par delà l’horizon et que j’aimerais aller te retrouver. Le cœur y est-il pour quelque chose ?

  • Marie, la mer qui nous sépare s’agite et ne nous a pas révélé tous ses
    secrets. Le ciel gris va de déboire en déboire. Il n’arrête pas de choir son eau salvatrice sur les vagues souillées par les hommes avides d’aventures.

Il était tellement énigmatique qu’il lui était difficile de décrypter les messages qu’il  envoyait. La veille il  avait annoncé qu’il allait introduire une demande de visa pré le consulat de France. Il était heureux à l’idée de la serrer enfin dans ses bras. Mais le sort en avait décidé autrement. Les rendez vous de demande de visas ne pouvaient être accordés que dans  six mois .

Que voulait il dire  par Le ciel gris va de déboire en déboire. Il n’arrête pas de choir son eau salvatrice sur les vagues souillées par les hommes avides d’aventures.

Avait il décidé de se mêler au flux des migrants qui déferlaient sur les cotes européennes pour la rejoindre? Ça parait insensé mais il en était capable. Si tous ces hommes avaient tout abandonné ce n’était pas de leur propre gré. ils fuyaient les affres de la guerre. Est-ce possible que dans l’état actuel des choses un homme qui disposait de toutes les commodités de la vie puisse abandonner son pays et sa famille pour aller retrouver l’amour de sa vie. Elle croyait de plus en plus à cette situation invraisemblable. Elle passait de longues matinées à observer l’horizon animé par le mouvement des bateaux de pêches et les embarcations de fortune.

fb_img_1479991513217

Son âme sœur l’accompagnait dans sa solitude et ses moments difficiles. Le mauvais  temps  s’annonçait. De gros nuages noirs pointaient à l’horizon. Un vent froid et glacial giflait son visage nu. Sa peau pigmentée d’habitude rougie par le soleil virait au bleu. Son nez coulait. Heureusement qu’elle s’était vaccinée contre la grippe. Elle pensait à lui. Allait-il résister à la colère du ciel? Il en a connu d’autres par le passé, mais l’âge peut lui jouer de mauvais tours. Il n’a plus vingt ans. Son cœur peut lâcher à tout moment. Comment va-t- il réagir à sa sinusite? il a choisi la mauvaise période. Il n’aurait pas du. Il aurait pu patienter jusqu’au printemps prochain. Mais allez imaginer ce qui lui passe par la tête. Mon Dieu faites que rien ne lui arrive disait elle à son âme sœur. S’il s’en sort ce serait son plus beau cadeau de noël. 

A SUIVRE…

Tableaux : SC art

Texte : Roberte Colonel et Charef Berkani

 

 

Publicités

10 réflexions au sujet de « Naufrage »

  1. Elle pensait à lui. Allait il résister à la colère du ciel? Il en a connu d’autres par le passé, mais l’âge peut lui jouer de mauvais tours. Il n’a plus vingt ans. Son cœur peut lâcher à tout moment. Comment va t il réagir à sa sinusite? il a choisi la mauvaise période. Il n’aurait pas du. Il aurait pu patienter jusqu’au printemps prochain. Mais allez imaginer ce qui lui passe par la tête. Mon Dieu faites que rien ne lui arrive disait elle à son âme sœur. S’il s’en sort ce sera mon plus beau cadeau de noël se dit Marie.
    Augustin est vraiment un poète un peu fou!

      1. Marie dit d’Augustin qu’il est son poète un peu fou qu’il est capable de transgresser toutes les lois dont celle de traverser la mer pour venir la surprendre à l’improviste de ce coté.
        Mais en ce moment Marie pense aussi que cela fait déjà quinze jours que c’est passé leurs énièmes séparations.
        Quel abime depuis ce jour, Marie pense à lui, toujours, elle rêve à son visage à sa voix qui ne lui parvient plus. Elle commence à voir clair en elle. Elle n’a pas eu de colère bien que la séparation d’avec Augustin se soit passée d’une façon rude elle se rétablie. Elle voit claire en elle et dans les événements du a leur séparation un temps elle c’était sentie responsable aujourd’hui elle sait qu’elle ne l’ait pas ; qu’une fois encore ils se sont quitté sur une incompréhension mutuelle.
        Bonne après midi de dimanche Charef.

    1. Je vais revoir le texte Gys. Merci. Finalement c’est un naufrage des mots. Pas bon du tout. Je n’ai pas l’habitude de publier mes brouillons. Comme quoi il ne faut pas faire dans la précipitation. Sourire. Boussa Gys .

Les commentaires sont fermés.