Aïe…

Après l’explosion du printemps arabe c’est l’éclosion de la déraison.Une migration sauvage de sachets en plastique, conséquence des retombées néfastes du pétrodollar qui tombe en désuétude.  En me levant du bon pied j’ai écrasé les mauvaises idées qui me traversaient l’esprit. Comme tous les matins le soleil s’était invité dans ma chambre. J’étais décidé àLire la suite « Aïe… »