Gasba*

Gasba*

Le poète n’existe pas.

Le poème se fait en lui,

comme la musique

à travers la flûte.

Il n’est

ni le musicien,

ni la musique.

Juste un roseau

avec des trous dedans.

Gasba* : flûte en roseau d’Algérie

Charef

Tiaret le 26/04/2021

Publié par charef

D’un port qui se fond dans le paysage, BERKANI Charef accentue volontairement son apparence anodine pour mieux être fidèle à ses convictions. Il sera éternellement au service des autres, créatif d’idées et leader de groupe sans en avoir l’apparence et encore moins la faconde. Ses paroles empreintes d’un léger cheveu sur la langue imposaient un sérieux de bon aloi. De plus, des yeux scrutateurs et une bouche naturellement en sourire, ramènent à plus d’attention pour cet homme qui a marqué ses amis et ceux qui ne le sont pas. Tous lui reconnaissent, parfois à demi-mot, une intelligence acérée et un sens rare du consensuel.

6 commentaires sur « Gasba* »

    1. Très belle description et réflexion sur ce qu’est le poète.
      Le poème s’écrit en lui
      sous ses doigts magique
      comme ses notes de musique au travers de son roseau.(Gasba)
      bonne journée Charef
      Roberte

Commentaires fermés

%d blogueurs aiment cette page :