Le journal d’un fou

Photo de KoolShooters sur Pexels.com

Le Journal d’un fou est le titre d’une pièce de théâtre écrite   par Nicolas Gogol

Ce texte est inspiré d’une histoire vraie.

Vois-tu !  

Le regard hagard je traine mes pas sur la plage

Je vois la mer et mes pensées s’envolent vers toi

Dit moi, comment vas-tu ?

Comment te sens-tu?

S’il te plait… !  

Je perds mes repères

Et mon mal me ronge chaque jour d’avantage.

Je suis malade

Je ne trouve plus mes mots  

Pourquoi cette tristesse assombrit tes yeux ?

J’ai comme un mauvais présage

Des choses inattendues

Un ressenti désagréable 

Je suis triste pour toi mon ange

Mon petit oiseau délicat

Si sensible, si fragile

Je ne sais pas ce qui te tourmente

Je te cherche à tâtons dans le noir de mes yeux

Où es-tu?

Reviens à moi

J’ai besoin de toi

 Comme tu as  besoin de moi

Les mêmes mots

les mêmes pensées

 les mêmes songes

les mêmes désirs

les même ressentis

les mêmes sensations

les même rêves

nous rapprochent l’un de l’autre

Dès que je viens sur ta page je trouve les réponses à mes maux

Tes mots sont comme un baume qui attenue mes douleurs

Le monde entier est témoins de l’amour

qui nous lie et que tu veux noyer dans les vagues de l’oubli

Les mots que tu m’adresses à travers tes poèmes

sont la preuve de ce que tu ressens pour moi

dans tes rêves les plus fous

Pas facile pour moi d’oublier

Pas facile pour toi d’oublier

Qu’ai-je fait pour que tu m’aimes autant ?

Je t ai trouvée

Ma brebis égarée

Tu es enfin là tout près de moi

Tu retrouves enfin ta voie

Sans moi tu te perds dans l’immensité de ce désert

Les morsures du soleil te consument à petit feu

Entre la vie et la mort

tu chauffes à blanc ta feuille blanche

pour fondre dans le blanc de tes yeux

ton amour que tu veux cacher

à la face du monde 

J’ai posé mes lèvres sur les tiennes à travers la baie vitrée

de mes rêves fous dans l’espoir de te rencontrer…

pour de vrai

J’envie ton passé avec cet homme qui t’a aimé.

Charef

Tiaret le 29/06 /2021

Publié par charef

D’un port qui se fond dans le paysage, BERKANI Charef accentue volontairement son apparence anodine pour mieux être fidèle à ses convictions. Il sera éternellement au service des autres, créatif d’idées et leader de groupe sans en avoir l’apparence et encore moins la faconde. Ses paroles empreintes d’un léger cheveu sur la langue imposaient un sérieux de bon aloi. De plus, des yeux scrutateurs et une bouche naturellement en sourire, ramènent à plus d’attention pour cet homme qui a marqué ses amis et ceux qui ne le sont pas. Tous lui reconnaissent, parfois à demi-mot, une intelligence acérée et un sens rare du consensuel.

7 commentaires sur « Le journal d’un fou »

    1. Avec l’amour on peut déplacer des montagnes. Je te remercie pour ta présence et ton appréciation Amélie. Belle journée.

    1. L’amour embellit notre quotidien et laisse une grande place au rêve. Merci de lire et d’apprécier. Excellente journée Roberte

  1. Comme quoi mon harceleur a une âme poétique. Cela me fait drôle de lire ces commentaires, car à la base il s’agissait d’un harcèlement.
    Bonne journée 😊

    1. Les mots sont une arme à double tranchant. Tout dépend de l’utilisation qu’on en fait. Comme en cuisine il faut avoir un bon doigté pour réussir sa recette et surtout savoir dresser l’assiette pour être apprécié. Des mots clés que le poète s’est approprié pour tempérer les propos agressifs d’un égaré.
      Heureux de te faire sourire. Bonne journée Gys.

Commentaires fermés

%d blogueurs aiment cette page :