William Shakespeare

William Shakespeare Sonnets Trad. F-V Hugo Si mon amour n’était qu’un enfant royal, il pourrait être déshérité comme un bâtard de la fortune ; il subirait l’alternative de la faveur et de la fureur du temps, comme les ronces ou comme les fleurs qui s’entassent sous la faucille. Non, mon amour a été élevé loin de toutLire la suite « William Shakespeare »

La cause martyre

54, année de braises Il détourne d’elle ses lèvres geléesPour la cause qu’il vient d’embrasserIl va remuer sa terre profanéePorté par les vents de la liberté 7, comme maquis Sept ans, sur son lit de braises ardentesAvec ses lèvres givrées, dans l’attenteDe l’Homme tombé au champs d’honneurUne photo d’elle posée sur son cœur 5 juillet,Lire la suite « La cause martyre »