L’Arlequin

Photo du Web

L’Arlequin

Une ribambelle de cœurs découpés

Dans le blanc de tes yeux mouillés

Cède aux bras tendus de l’été 

Vidée de ses pulsions masquées

L’automne remue les braises

De ton antre tenu en laisse

Ton Toi nonchalant va en delà

De l’angle fleuri de ton bras

L’Arlequin poli feint l’amour

Il pose ses lèvres sans détour

Sur le cou de la fée glamour

Un tendre frisson la parcourt

© Charef Berkani

Tiaret le 11/11/2021

Publié par charef

D’un port qui se fond dans le paysage, BERKANI Charef accentue volontairement son apparence anodine pour mieux être fidèle à ses convictions. Il sera éternellement au service des autres, créatif d’idées et leader de groupe sans en avoir l’apparence et encore moins la faconde. Ses paroles empreintes d’un léger cheveu sur la langue imposaient un sérieux de bon aloi. De plus, des yeux scrutateurs et une bouche naturellement en sourire, ramènent à plus d’attention pour cet homme qui a marqué ses amis et ceux qui ne le sont pas. Tous lui reconnaissent, parfois à demi-mot, une intelligence acérée et un sens rare du consensuel.

6 commentaires sur « L’Arlequin »

  1. Joli thème que celui de L’Arlequin pour ta rentrée poétique
    L’arlequin à toujours été fantoche aux multiples facettes et ta plume a su s’en servir a merveille pour exprimer tes vers si parlants.
    Félicitations Charef

Commentaires fermés

%d blogueurs aiment cette page :