Qui vivra verra…

La rosée matinale verse ses larmes
sur les marguerites du jardin.
Ce sont des fleurs pleines de charme,
qui poussent toutes droites au petit matin.

Toutes couronnées de blancheur,
innocence auréolée de candeur,
elles se font si belles… pour elles.
Elles se conjuguent au naturel.

Lorsque curieusement on leur demande,
de ne pas faire mystère de nos attentes…
Je t’aime, un peu, beaucoup,
passionnément, pas du tout !

Rayonnantes de fraîcheur elles vous répondent …
Je t’aime, un peu, beaucoup,
Passionnément, pas du tout !
Qui vivra verra, les limites de sa faconde

Charef
Tiaret le 13/01/2022

Publié par charef

D’un port qui se fond dans le paysage, BERKANI Charef accentue volontairement son apparence anodine pour mieux être fidèle à ses convictions. Il sera éternellement au service des autres, créatif d’idées et leader de groupe sans en avoir l’apparence et encore moins la faconde. Ses paroles empreintes d’un léger cheveu sur la langue imposaient un sérieux de bon aloi. De plus, des yeux scrutateurs et une bouche naturellement en sourire, ramènent à plus d’attention pour cet homme qui a marqué ses amis et ceux qui ne le sont pas. Tous lui reconnaissent, parfois à demi-mot, une intelligence acérée et un sens rare du consensuel.

5 commentaires sur « Qui vivra verra… »

  1. Joli poème printanier
    « Je t’aime, un peu, beaucoup,
    Passionnément, pas du tout ! »
    bavardage excessif
    lorsque curieusement on leur demande,
    de ne pas faire mystère de nos attentes…
    Qui vivra verra…
    Bonne soirée Charef

    1. J’aime beaucoup la lucidité de ton commentaire qui traduit à juste titre la conclusion de ce poème qui n’est pas passée inaperçue. Bonne fin de soirée Roberte.

Commentaires fermés

%d blogueurs aiment cette page :