Fleur de roseau

Fleur de roseau Telle L’écharpe rouge tu sourisAux perles témoins de tes ennuisÀ pleines dents tu croques la vieTu emboites le pas à tes nuits La fleur de roseau charme les cœursAvec ses arômes extraordinairesElle attise un immense feu d’ardeurDans une immensité de douceur Le soupir langoureux du roseauCompose avec l’eau en vase closUne complainteLire la suite « Fleur de roseau »

Rêverie

RêverieLa rivière somnole dans son lit.Le reflet sur l’eau de l’image,De l’orage couvé par les nuages,Assombrit le ciel qui s’ennuie. Éclosion des bourgeons au printemps.Les mots s’effeuillent en toute saison.Sur les lèvres d’une bouche généreuse,Coule la sève d’une fée mystérieuse. Éphémère liaison d’un jourDe deux âmes portées par le ventL’Éphéméride loue la passionDu temps capricieuxLire la suite « Rêverie »

La morte-saison

La morte-saison Quand la passion en morte-saisonRavive le feu sacré du tempsL’excitation du cœur palpitantRanime la flamme à tout instant Je courtise tes yeux qui regardentL’oiseau en cage qui s’impatienteAu moment où le soleil s’attardeÀ défaire les brumes de l’attente Rempli de tendresse et de grâceTon visage s’éclaire plein de douceurQuand impatiente tu brises laLire la suite « La morte-saison »

Évocation…

Évocation… Il suffit d’un regard poséPour que les mots s’envolentEssaim sauvage de parolesÀ l’escale de l’Erg arrimé Naufrage de l’arche de NoéAu-delà d’une nuit passionnelleElle et moi deux mats dressésÀ l’abri du regard du soleil Copyright©2022 Charef Berkani

L’éclaircie

L’éclaircie Lueur du jour aux reflets éclatantsChaude tu combles le cœur de ferveurDu levant au couchant tu te répandsLe printemps se pare de ses couleurs Joli sanctuaire habillé d’argent et d’orSous le regard crédule des âmes sensiblesTombe le voile sur tes merveilleux trésorsLe silence s’approprie ces moments paisibles Désir d’espace dans ces moments de nonLire la suite « L’éclaircie »

Cœur en délire

Cœur en délire Ta maison bombardée, les deux bras en avant,Tu as fui ta ville, ton pays de bonne heure.L’occident s’agenouille face à tes malheurs,Et tu pleures mon frère, tremblant d’émotion. Cette humanité qui te traite en hôte,Qui t’offre un fabuleux, prodigieux accueil,Rejette la misère du monde sous ses bottes. Slave tu portes le charmeLire la suite « Cœur en délire »