Le journal d’un fou

Photo de KoolShooters sur Pexels.com

Le Journal d’un fou est le titre d’une pièce de théâtre écrite   par Nicolas Gogol

Ce texte est inspiré d’une histoire vraie.

Vois-tu !  

Le regard hagard je traine mes pas sur la plage

Je vois la mer et mes pensées s’envolent vers toi

Dit moi, comment vas-tu ?

Comment te sens-tu?

S’il te plait… !  

Je perds mes repères

Et mon mal me ronge chaque jour d’avantage.

Je suis malade

Je ne trouve plus mes mots  

Pourquoi cette tristesse assombrit tes yeux ?

J’ai comme un mauvais présage

Des choses inattendues

Un ressenti désagréable 

Je suis triste pour toi mon ange

Mon petit oiseau délicat

Si sensible, si fragile

Je ne sais pas ce qui te tourmente

Je te cherche à tâtons dans le noir de mes yeux

Où es-tu?

Reviens à moi

J’ai besoin de toi

 Comme tu as  besoin de moi

Les mêmes mots

les mêmes pensées

 les mêmes songes

les mêmes désirs

les même ressentis

les mêmes sensations

les même rêves

nous rapprochent l’un de l’autre

Dès que je viens sur ta page je trouve les réponses à mes maux

Tes mots sont comme un baume qui attenue mes douleurs

Le monde entier est témoins de l’amour

qui nous lie et que tu veux noyer dans les vagues de l’oubli

Les mots que tu m’adresses à travers tes poèmes

sont la preuve de ce que tu ressens pour moi

dans tes rêves les plus fous

Pas facile pour moi d’oublier

Pas facile pour toi d’oublier

Qu’ai-je fait pour que tu m’aimes autant ?

Je t ai trouvée

Ma brebis égarée

Tu es enfin là tout près de moi

Tu retrouves enfin ta voie

Sans moi tu te perds dans l’immensité de ce désert

Les morsures du soleil te consument à petit feu

Entre la vie et la mort

tu chauffes à blanc ta feuille blanche

pour fondre dans le blanc de tes yeux

ton amour que tu veux cacher

à la face du monde 

J’ai posé mes lèvres sur les tiennes à travers la baie vitrée

de mes rêves fous dans l’espoir de te rencontrer…

pour de vrai

J’envie ton passé avec cet homme qui t’a aimé.

Charef

Tiaret le 29/06 /2021

Un jour pas comme les autres

Photo de Johannes Plenio sur Pexels.com

 Porté par le sirocco,

la poussière des dunes

du sud prend d’assaut l’atmosphère.

La voute céleste enfiévrée,

perd ses couleurs,

couverte par un manteau

flamboyant,

aux portes de l’enfer.

Sans retenue,

 la chaleur s’invite,

 sans pudeur.

Et  puis, patatras,

grands fracas

dans le ciel.

Flashs ininterrompus.

Selfie à ciel ouvert.

La pluie dévale

les pentes nues escarpées.

Les toits en profitent

 pour se toiletter.

Mais allez comprendre.

Des grêlons aussi gros

 que des pruneaux,

bombardent le paysage,

qui se couvre d’un drap blanc

Les chats rejoignent

 leurs retraites de fortune.

Cumul des saisons,

sans détour.

Communion de deux âmes sœurs,

pour combler le manque de l’autre.

Déficit à rattraper.

A vos marques !

Prêt !

Partez!

Deux cœurs battent à l’unisson.

Ils franchissent enfin

la ligne d’arrivée.

Leurs étreintes vont durer

une éternité.

Charef Berkani

Tiaret le 15/06/2021

 

Souvent…

Souvent…

Lorsque je suis attristé,

Peu importe le temps qu’il fait.

Tu arrives à me consoler,

Sans presque rien me demander.

Tu ne chantes pas le même refrain.

Parfois figue, parfois  raisin,

Ta parole est l’expression,

Sincère de tes émotions.

 Tu puises dans le réservoir,

Inépuisable de ton terroir,

Les paroles qui filtrent le noir,

De ton dernier café du soir

A la poursuite de la nuit ,

Chaque jour est différent.

Tu partages avec tes amis,

Tes ressentis du moment.

Charef

Tiaret le 29/05/2021

La cadence

Photo Pexels

« Les mots ont parlé et je suis parti

Je n’en ai gardé que la cadence

Je l’écoute, je l’observe, je la hisse »

Mahmoud Darwich

La cadence

J’aligne au hasard mes mots

Nés à la source de mes maux

Je sauve des dérives mes billets

Au large des flaques piétinées

Je défroisse mon cœur chiffonné

Refuge de joyaux égarés

Mes larmes se muent en épines

Pour protéger la rose mutine

Charef

Tiaret le 26/04/2021

Deux cœurs en un…

Deux cœurs en un…

vole à tire-d’aile au-devant d’elle
tu es l’oiseau je suis tes ailes
je suis la ruche et toi l’abeille
rayon de miel tu crèves le ciel

je suis ton roi et toi ma reine
tu es mon sang et moi tes veines
ensemble l’étoile et le croissant
vivent en parfaite communion

tu es le vin qui réchauffe mon cœur
je lève une coupe en ton honneur
j’ai planté un rosier grimpant
au pied des murs de ta maison

Charef
Tiaret le 09/04/2021