Le portrait

Le portrait

J’attendrai le coucher du soleil
le silence de la nuit qui veille
pour te chuchoter à l’oreille
ma ligne du cœur qui révèle
ton tendre visage sur la feuille

Je poserai nos jolis mots
délicatement à fleur de peau
nos doux souvenirs en écho
sur la toile peinte au pinceau
évocatrice de ton corps chaud

Charef
Tiaret le 01/04/2021
*

Le bâtard…

Il est le Noyer qui nage

Au dessus des flots les jours d’orage

L’eau purifie tous les outrages

Colportés par les voisinages

Comme le chien qui n’a pas de race

De sa lignée il flaire la trace

Il est  le raté de tous les arts

De toutes les muses il est le bâtard

Des rois il est le descendant

Il ne fait pas le poids et pourtant

Mortier de chaux et de ciment

Il fortifie de belles maisons

Charef

Tiaret le 17/03/2021

Rencontre…


Garden In the Bey’s Garden – John Frederick Lewis

de rouge écarlate diaprée
couleur amarante et henné
soie brochée d’absinthe teintée
bracelets d’argent aux poignées

les belles font leur apparition
ravissantes au teint éclatant
vêtues d’habits seyants
de caftans chatoyants

lionnes de diadèmes couronnées
elles subjuguent l’esprit égaré
escortées de dames distinguées
elles affligent le cœur affleuré

Charef
Tiaret le 12/03/2021

Tendre fleur

Tendre fleur venue d’ailleurs
sœur jumelle de jours meilleurs
Quand je partage ta demeure
je ne compte plus les heures
Les oiseaux composent en chœur
la complainte des vents d’hiver
J’arrive à vaincre mes peurs
je retrouve ma bonne humeur
Quelque soit le poids de l’âge
et des rides sur le visage
la beauté reste l’apanage
des survivants au naufrage

Charef
Tiaret le 27/02/2021

J’AI DES RIDES

Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est 116760444.jpg

 » J’ai des rides.

Je me suis regardée dans le miroir et j’ai découvert que j’avais beaucoup de rides autour des yeux, de la bouche, du front.J‘ai des rides,parce que j’ai eu des amis, et on a ri, on a ri souvent, jusqu’aux larmes, et puis j’ai rencontré l’amour, qui m’a fait essorer les yeux de joie.
J’ai des rides,
parce que j’ai eu des enfants, et je me suis inquiétée pour eux dès la conception, j’ai souri à toutes leurs nouvelles découvertes et j’ai passé des nuits à les attendre. Et puis j’ai pleuré. J’ai pleuré pour les personnes que j’ai aimées et qui sont parties, pour un peu de temps ou pour toujours, ou sans savoir pourquoi.

J’ai veillé aussi, j’ai passé des heures sans sommeil pour des beaux projets pourtant pas toujours aboutis, pour la fièvre des enfants, pour lire un livre,
j’ai veillé aussi pour me lover dans des bras aimants.

J’ai vu des endroits magnifiques, de nouveaux endroits qui ont eu tous mes sourires et mes étonnements, et j’ai revu également d’anciens endroits qui m’ont fait pleurer.

Dans chaque sillon sur mon visage, sur mon corps, se cache mon histoire, les émotions que j’ai vécues et ma beauté plus intime, ….. Et si je devais enlever tout ceci …. Je m’effacerais moi-même.
Chaque ride est une anecdote de ma vie, un battement de cœur, c’est l’album photo de mes souvenirs les plus importants. »

MARINELLA CANU

dimanche 23 juillet 2017